Martine Bisson Rodriguez, finaliste du prix Tamarac pour Au secours! Je perds la vue!

L’Interligne est heureuse d’annoncer la nomination du roman jeunesse Au secours ! Je perds la vue ! au prix Tamarac de la Forêt de la lecture 2020 de l’Association des bibliothèques de l’Ontario.

Empreint de réalisme et d’une bonne dose d’espoir, Au secours ! Je perds la vue ! raconte le parcours hors du commun d’un jeune garçon vers l’acceptation de son handicap visuel. Il s’agit de la troisième publication de Martine Bisson Rodriguez aux Éditions L’Interligne.

Une cérémonie de remise des prix aura lieu à Toronto le 14 mai 2020, dans le cadre du Festival des arbres.

Félicitations à Martine et aux autres finalistes!

Découvrez les finalistes

Renseignements

Lisanne Rheault-Leblanc
communication@interligne.ca
613 748-0850, poste 4

Salon du livre
afro-canadien

Invités: Blaise Ndala, Guy Bélizaire, Marie-Léontine Tsibinda, Angèle Bassolé-Ouédraogo

BILLETS : 5 $

Achat en ligne

Dans un esprit d’échanges interculturels, les auteures et auteurs des communautés autochtone, franco-ontarienne et du Québec exposent leurs œuvres et participent à un large éventail d’activités : ateliers jeunesse, récitals, rencontres avec des auteures et auteurs afro-canadiens, conférences, tables rondes, initiation aux langues Créole et Swahili.

Événement Facebook

La croisée des mots
Invitée: Margaret Michèle Cook

GRATUIT

La Bibliothèque publique d’Ottawa et l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAAOF) ont le plaisir de présenter la Croisée des mots, une série de rencontres mensuelles en forme de 5 à 7 avec des auteur(e)s francophones du Canada. Venez rencontrer Margaret Michèle Cook, nommée poète officielle de la Ville d’Ottawa.

Événement Facebook

Poupée de rouille de David Ménard en lice pour le prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Le recueil de poésie Poupée de rouille de David Ménard fait partie des œuvres finalistes au prix Christine Dumitriu-van-Saanen 2019, en compagnie de L’Isle aux abeilles noires (Andrée Christensen, Éditions David) et La sultane dévoilée (Jean Mohsen Fahmy, Éditions David).

Troisième recueil de David Ménard, Poupée de rouille donne un éclairage poétique inédit à l’histoire terrible de la Corriveau. Le livre est paru à l’automne 2018 aux Éditions L’Interligne et a reçu un accueil critique exceptionnel.

En savoir plus sur Poupée de rouille

L’identité de l’œuvre lauréate sera dévoilée lors des cérémonies d’ouverture du Salon du livre de Toronto 2019, le jeudi 5 décembre, à la Bibliothèque publique de Toronto.

L’Interligne souhaite la meilleure des chances à tous les finalistes.

Renseignements :
Lisanne Rheault-Leblanc
communication@interligne.ca
613 748-0850, poste 4

Prix littéraires du Gouverneur général 2019 : Mishka Lavigne finaliste !

L’Interligne félicite de tout cœur la dramaturge Mishka Lavigne, finaliste au Prix littéraire du Gouverneur général 2019, catégorie Théâtre, pour sa pièce Havre.

Parue en janvier 2019 à L’Interligne, créée à la Troupe du Jour de Saskatoon et jouée au Théâtre populaire romand et au théâtre POCHE/GVE en Suisse, Havre relate avec finesse la rencontre salutaire entre une femme en deuil de sa célèbre mère et un homme en quête de ses origines. En savoir plus sur Havre (hyperlien livre)

Les lauréats des Prix littéraires du Gouverneur général seront connus le 29 octobre 2019.

Un immense bravo à Mishka et aux finalistes des sept catégories!

Découvrez les finalistes des Prix littéraires du Gouverneur général

Renseignements :
Lisanne Rheault-Leblanc
communication@interligne.ca
613 748-0850 #4

Entrevue avec Noëlle, personnage principal de Grève des anges

Tel le monstre de Frankenstein, les personnages de fiction sont animés d’une vie propre qui échappe souvent à leur créateur.trice. Certains sont même pourvus d’un caractère pour le moins spécial. Ne reculant devant rien, L’Interligne s’est entretenu avec Noëlle, l’héroïne charmante et (légèrement) névrosée de Grève des anges, le recueil de nouvelles de Henri Lessard à paraître le 16 octobre aux Éditions L’Interligne.

L’Interligne : Bonjour Noëlle. Tu n’as que 19 ans ; n’est-ce pas trop tôt pour publier des récits « autobiographiques », en fait rédigés par une autre plume que la tienne ?

Noëlle : Pourquoi ? Je suis majeure, la vie fait de moi ce qu’elle veut.

L’I : Dans ton recueil, tu apparais tour à tour timide et désarmée ou pleine d’aplomb et sûre de toi, parfois même machiavélique. Qui, finalement, est la vraie Noëlle ?

N : À quoi tendons-nous à chaque instant ? À l’émerveillement, à la fureur, à l’ivresse, à la fusion (amoureuse, érotique, mystique), à tout ce qui nous extirpe, nous expulse, nous immerge ou nous absorbe. Être, quel ennui ! Vite, un livre, un paysage, une musique, des yeux, un corps pour m’oublier. Être ou ne pas être, pour moi, la question est vite réglée. Je préfère l’inconscience.

L’I : Tout un programme ! Et l’amour, là-dedans ?

N : Je romps séance tenante avec un gars dès qu’il devient mon chum. Je suis une fille à ex ; je m’entends tellement bien avec eux – et avec elles, car j’ai des « exes » aussi. Un ex, une exe, c’est de l’intimité semée ici et là, de la complicité éprouvée, de la tendresse disponible. On ne devient pas mon ex ou mon exe comme ça. Charles (le dernier de mes ex) avait toutes les qualités. Drôle, attentif, de l’assurance sans arrogance. Alors, j’ai cassé tout de suite avec lui. Depuis, nous ne nous quittons plus.

L’I : Ah bon ! Tu souffres aussi d’une étrange phobie…

N : Je prends toujours mon bain dans une eau mousseuse. Assise dans une baignoire remplie d’une eau plate, sans bulles ni broue, mon regard est immanquablement attiré, à travers la masse translucide, par la blancheur de l’émail et ses vastités glacées. Il en découle des méditations désolées qui rendent la baignoire inhabitable. À moins de convaincre le propriétaire de faire émailler ma baignoire en rose, je ne vois d’autre solution que d’user et d’abuser de la mousse de bain.

L’I : En revanche, les hauteurs ne t’effraient pas.

N : Depuis mon logement du septième, il faut baisser les yeux pour voir s’envoler les oiseaux. Étrange changement de perspective ; ils ne s’élèvent pas, ils tombent sous mes fenêtres, plongeant d’un balcon de l’immeuble ou des corniches des constructions voisines ; jamais je ne les surprends dans l’effort de s’arracher du sol. Du coup, leurs manœuvres dans l’air me semblent une longue suite de glissades aisées.

L’I : Tu abordes des thèmes graves dans ces nouvelles, la mort par exemple…

N : Tout n’est pas sujet à désinvolture.

L’I : Parle-nous de tes préoccupations les plus récentes.

N : Une amie m’a récemment confié qu’elle rêvait de pouvoir se dédoubler quelques heures pour s’observer, se toucher, s’embrasser elle-même… Tout ça pour soi-disant connaître l’impression qu’elle donne aux autres, savoir le goût qu’elle leur laisse en bouche… « Faire l’amour avec son clone, inceste ou onanisme ? » que je lui ai répondu. Je ne suis pas sûre que ça me plairait de me dédoubler, moi. Si je ne m’aimais pas ? Je le découvrirais tout de suite dans mon regard, je veux dire dans celui de mon clone qui, lisant le même dédain sur ma figure, réagirait en conséquence, soupe au lait comme je le suis, et je réagirais à sa réaction, c’est-à-dire à la mienne…

L’I: Quelle serait ta devise ?

N : Personne n’est obligé de m’aimer.

L’I : Que penses-tu de cet Henri Lessard qui signe tes nouvelles ?

N : Je mène une vie indépendante de mon créateur. Je ne pense jamais à lui. En retour, il est très tolérant envers moi.

Grève des anges, Henri Lessard, en librairie le 16 octobre 2019

Collection « Vertiges », ISBN 978-2-89699-668-1

En savoir plus sur ce livre

Guy Bélizaire et David Ménard finalistes aux Prix des enseignants de français AQPF-ANEL 2019

L’Interligne est fière d’apprendre qu’À l’ombre des érables et des palmiers de Guy Bélizaire et Poupée de rouille de David Ménard ont retenu l’attention du jury des Prix littéraires des enseignants de français. Les deux titres se trouvent en excellente compagnie dans la sélection de ces prix remis par l’Association québécoise des professeurs de français (AQPF) et l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL).

Finaliste dans la catégorie Nouvelles, À l’ombre des érables et des palmiers de Guy Bélizaire montre la désillusion, le racisme et le rejet vécus par des immigrants haïtiens au Canada.

À l’ombre des érables et des palmiers

Finaliste dans la catégorie Poésie, Poupée de rouille de David Ménard revisite le mythe de la Corriveau, cette sorcière du folklore canadien.

Poupée de rouille

Les lauréats seront annoncés le 14 novembre à Laval, en ouverture du congrès de l’AQPF. L’Interligne félicite tous les nommés et leur souhaite la meilleure des chances !

Les Prix littéraires des enseignants de français

Charles-Étienne Ferland en lice pour le prix Émergence-AAOF 2019

Nous félicitons Charles-Étienne Ferland, dont le premier roman Dévorés est finaliste au Prix littéraire Émergence-AAOF 2019. Remis par l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF), ce prix récompense les auteurs franco-ontariens ayant publié une première ou une seconde œuvre.

Encensé par la critique, Dévorés est un palpitant roman de science-fiction paru à l’hiver 2018 à L’Interligne.

Pour en savoir plus sur Dévorés

Le jury a souligné les grandes qualités littéraires de ce « livre bien mené dans un genre peu fréquent en Ontario français ».

Lisez le communiqué de l’AAOF

Le nom du (de la) lauréat(e) sera révélé lors de la cérémonie de remise du Prix du livre d’Ottawa, qui se tiendra à l’hôtel de ville d’Ottawa (Place-Jean-Pigott) le mercredi 16 octobre 2019, à 18 h 30.

Bonne chance à Charles-Étienne et à tous les autres finalistes !

Daniel Groleau Landry finaliste au Prix du livre d’Ottawa

L’Interligne félicite Daniel Groleau Landry pour sa nomination au Prix du livre d’Ottawa 2019 dans la catégorie Création littéraire en français grâce à son recueil de poésie Fragments de ciels.

Troisième recueil de Daniel Groleau Landry, Fragments de ciels traite dans une langue rythmée de la dimension sacrée de l’art, de l’amour, de la quête de sens, de l’identité, de l’homosexualité et de la rédemption par l’entremise de la création. Ce recueil a été publié à L’Interligne au printemps 2018.

Pour en savoir plus sur Fragments de ciels

La cérémonie de remise des prix aura lieu le mercredi 16 octobre 2019 à l’Hôtel de ville d’Ottawa, 110, av. Laurier Ouest.

Bonne chance à Daniel et à tous les autres finalistes !

À propos de Daniel Groleau Landry

Lauréat et finaliste de nombreux prix (dont le prix Trillium et le Prix des écrivains francophones d’Amérique) et ayant donné une centaine de spectacles, Daniel Groleau Landry figure parmi les personnalités artistiques les plus représentatives de la jeune génération.